Archives de l’auteur : Admin

Soyons Ensemble en 2019 !

Une nouvelle année commence et avec elle de nouvelles raisons d’espérer un monde meilleur. Un monde dans lequel chacun d’entre nous aurait une place et un rôle dans cette belle aventure commune qui s’appelle l’Humanité.

Nous vivons dans une époque d’immédiateté et de spontanéité qui peut nous faire perdre le sens de notre action et de nos valeurs. Le moindre évènement se produisant à des milliers de kilomètres de chez nous peut avoir des répercussions sur nos vies. C’est la force de l’information en continu et des moyens de communication modernes.

Plus que jamais, nous avons besoin de nous écouter, de nous respecter et de travailler en commun pour continuer à construire des projets Ensemble.

La Force de l’humain dépasse de loin tous les moyens techniques qui existent dans notre monde. Le tout est d’en avoir conscience et de cultiver une volonté partagée pour avancer dans le sens de l’intérêt collectif. C’est le cas d’une majorité de Chevillais. Nous en sommes convaincus.

Se rassembler au-delà des clivages et des divisions politiques est une exigence de tous les jours.  Nous devons la mettre en œuvre pour nous donner une chance de réussir Ensemble à Chevilly-Larue et dans notre pays.

Pour cette année 2019, toute notre équipe vous souhaite de la prospérité, de la sérénité et de la chaleur humaine. Ces trois éléments favorisent les échanges et permettent à chacun de réfléchir et imaginer notre futur.

Notre équipe viendra vers vous durant toute cette année 2019 pour construire Ensemble le Chevilly-Larue de demain. Que nos échanges soient fraternels et créatifs !

Publicités

[Synthèse budget 2019] : Nos analyses et nos propositions

Avant toute chose, nous avons rappelé que la ville de Chevilly-Larue demeure l’une des villes les plus riches du Val-De-Marne et de France.

Avec plus de 2279 € de recettes de fonctionnement par habitant, notre ville dispose de ressources 64% plus élevées que celles de la moyenne des villes de notre catégorie, le chiffre vient du compte administratif diffusé aux élus.

En 2018, notre budget total, fonctionnement et investissement est de 60,3 millions d’euros, reports inclus. Chiffre officiel diffusé par la direction des finances.

La partie liée au fonctionnement, paiement des salaires du personnel, charges de gestion courante, subvention aux associations ressort à 43,273 millions d’euro en 2018.

Un montant stable depuis le début de la mandature. Ce qui signifie que la ville de Chevilly-Larue dispose des mêmes moyens tous les ans.

Contrairement à ce qui est régulièrement annoncé par La Maire, nous n’avons pas de problèmes pour boucler notre budget. La preuve est que nous avons tous les ans entre 2 et 4 millions d’euros d’excédents budgétaires non utilisés.

Dans le domaine de la sécurité publique, nous avons eu l’annonce officielle par La Maire de la création d’une police municipale à Chevilly-Larue. Curieux revirement lorsque l’on sait comment nous étions attaqués ces dernières années par la majorité municipale dès que nous proposions cette mesure. Nous sommes évidemment favorables à cette création.

Il aura donc fallu attendre près de 5 ans et voir notre ville se dégrader de façon considérable pour comprendre que nous avons besoin d’une police municipale. Quelle perte de temps et de moyens.

Nos propositions pour le budget 2019

  • Marché de Noel et moments festifs dans la ville

Comme une majorité de Chevillais, Nous avons été désagréablement surpris par le choix de Madame La Maire de réduire le format et l’offre du marché de Noel 2018.

Une offre quasi vide. Un village de Noel inauguré le Samedi 14 Décembre et à 11h30 pour une demie journée alors qu’il s’étalait habituellement sur trois jours.

Nous proposons de lancer dès le mois de Février 2019 un concours public ouvert à toute la population pour qu’un concept de marché de Noel innovant soit étudié et proposé à un jury composé de citoyens, d’élus et de personnalités externes à la ville.

Madame La Maire a décidé d’annuler plusieurs événements festifs qui permettaient aux Chevillais de se retrouver, le bal de la libération, le noël solidaire, la fête des sportifs ou le casse-croûte gastronomique. Ces événements mis en place par les prédécesseurs de La maire remportaient l’adhésion d’une grande majorité de Chevillais.

Nous proposons de rétablir ces moments de convivialité pour permettre aux citoyens de se retrouver, de se connaitre et d’imaginer des projets ensemble.

  • Gestion des associations de Chevilly-Larue

Nos associations jouent un rôle fondamental dans la création de liens sociaux. Nous soutenons les associations de la ville de Chevilly-Larue. Nous avons confiance dans les responsables associatifs et dans les nombreux bénévoles qui font un travail remarquable.

Deux associations posent Aujourd’hui un problème, la section locale du secours populaire qui a été décriée dans la presse pour les comportements douteux de son responsable ainsi que l’ACSF, association culturelle sociale et familiale, présidée par notre collègue Patrick Blas.

Nous demandons une nouvelle fois que ces deux associations soient auditées par un organisme indépendant externe à la ville car nous n’avons pas confiance dans leur gestion actuelle. Il y a trop d’irrégularités ou de risques de conflits d’intérêt.

  • Densification urbaine de la ville de Chevilly-Larue

Chacun le sait désormais, les programmes de construction lancés ces dernières années ont beaucoup densifié nos quartiers. De nombreux problèmes de vivre ensemble se posent désormais partout à Chevilly-Larue.

Le nombre de logements sociaux a dépassé les 43% et selon certaines prévisions nous nous acheminons vers le dépassement des 50% dans 5 ans.

Dans le quartier Larue, la zone du parvis du cimetière intercommunal a mobilisé de nombreux citoyens et associations qui veulent bloquer toute velléité de nouvelles constructions de logements à deux pas d’une zone de recueillement et de solennité.

Les cafouillages dans l’organisation des ateliers de concertation et les décalages successifs des rendez-vous avec la population ont fini de nous convaincre que les choses semblent échapper à tout contrôle de la municipalité.

Nous proposons de mettre un terme à tout projet de constructions sur le parvis du cimetière intercommunal et de résumer l’opération à un simple ravalement de l’existant. Le quartier a besoin de calme et d’apaisement.

Nous proposons un moratoire sur les nouvelles constructions et de conditionner tout nouveau projet à un vote citoyen.

  • Nos finances locales

Notre ville est beaucoup plus endettée que les autres villes de même catégorie.

Avec plus de 27 millions d’euros de dette, nous avons atteint un niveau d’alerte qu’il ne faut pas dépasser.

Ramenée à chaque habitant, notre dette représente 1475 € et 5800 € pour un foyer de 4 personnes la ou les autres communes de notre strate sont à 900 € par habitant.

Nous proposons de mettre un terme à l’endettement de la ville et la renégociation de tous les emprunts toxiques détenus par la ville de Chevilly-Larue.

Après plusieurs augmentations de nos impôts locaux en 2017 et avant, nous proposons de ne pas les augmenter en 2019.

  • Ecologie et développement durable 

Une information qui a beaucoup interrogé. C’est à Chevilly-Larue qu’il y a le plus de voitures polluantes sur les 24 villes qui feront l’objet de restrictions de circulation l’été prochain (2019).

12% de véhicules polluants à Chevilly-Larue. La ville de Thiais est à 7%, 7 % également pour Rungis, 5% pour Fresnes et l’Hay-Les-Roses.

Nous devons penser à tous les Chevillais qui vont être touchés par cette mesure pour aller travailler dès l’été 2019. Tous n’ont pas les moyens d’acheter un nouveau véhicule plus propre dans les mois qui viennent.

Madame La Maire refuse pour l’instant la mise en place d’une aide à destination des Chevillais les plus modestes pour leur permettre d’acquérir un autre véhicule tant que la métropole n’a pas décidé d’un accompagnement financier des municipalités.

Nous proposons la création d’un fonds de secours municipal de 1,5 millions d’euros pour répondre aux situations les plus urgentes. Ce fonds permettrait d’aider les citoyens à acquérir un véhicule moins polluant sous conditions.

 Sports

 Nous avons la chance d’habiter dans une ville qui regorge de talents dans les domaines sportif, culturel et artistique.

Nous proposons la création d’un deuxième terrain synthétique dans le parc municipal des sports pour offrir plus de possibilités et viser l’excellence sportive. Nous souhaitons que cet équipement soit réalisé et livré le plus rapidement possible pour que nos jeunes puissent s’y entraîner dès l’année 2019.

  • Culture

Nous avons proposé il y a 3 ans l’organisation d’un salon du livre à Chevilly-Larue pour créer des passerelles entre les citoyens et développer l’amour de la lecture. La Maire n’a pas retenu cette proposition et a promis de faire une contre proposition plus innovante. Nous attendons toujours…

Discours prononcé lors du débat d’orientations budgétaires 2019

Chevilly-Larue, le 20 Décembre 2018

Madame La Maire, Chers collègues conseillers municipaux, Mes dames et messieurs,

Permettez-moi de remercier les Chevillais venus en nombre ce soir pour nous écouter débattre des orientations budgétaires pour la ville de Chevilly-Larue.

Avant toute chose, il est utile de rappeler une nouvelle fois, que la ville de Chevilly-Larue demeure l’une des villes les plus riches du Val-De-Marne et de France. Avec plus de 2279 € de recettes de fonctionnement par habitant, notre ville dispose de ressources 64% plus élevées que celles de la moyenne des villes de notre catégorie, le chiffre vient de notre compte administratif diffusé aux élus.

En 2018, notre budget total, fonctionnement et investissement est de 60,3 millions d’euros, reports inclus.

La partie liée au fonctionnement, paiement des salaires du personnel, charges de gestion courante, subvention aux associations ressort à 43,273 millions d’euro.

Un montant stable depuis le début de la mandature. Ce qui signifie que la ville de Chevilly-Larue dispose des mêmes moyens tous les ans.

Contrairement à ce qui est régulièrement annoncé par Madame La Maire, nous n’avons pas de problèmes pour boucler notre budget. La preuve est que nous avons tous les ans entre 2 et 4 millions d’euros d’excédents budgétaires non utilisés et qui vont donc en trésorerie.

Sur les 20 dernières années, la ville de Chevilly-Larue a disposé de plus 1 milliard d’euro de budget. Ce sont des masses colossales qui donnent une bonne image de notre richesse financière. C’est l’équivalent du budget annuel d’un petit pays du pacifique.

Des discussions avec des maires d’autres villes de la même catégorie nous font dire Madame La Maire, que si vous ne savez pas gérer une ville de 19000 habitants avec 43,273 millions d’euros de budget de fonctionnement, il faudrait très certainement songer à faire autre chose. Certains maires rêveraient d’avoir les mêmes recettes de fonctionnement qu’à Chevilly-Larue.

Revenons à présent à nos analyses et à nos propositions.

Parlons de l’humain d’abord :

J’aimerais vous parler du marché de Noel que vous avez décidé de baptiser village de Noel cette année. Le nom promettait pourtant un contenu grandiose et la promesse semblait intéressante.

Comme une majorité de Chevillais, Nous avons été désagréablement surpris par ce que vous avez décidé de faire cette année.

Une offre quasi vide. Un village de Noel inauguré le Samedi 14 Décembre et à 11h30 pour une demie journée alors qu’il s’étalait habituellement sur trois jours. Pas de commerces de qualité. Quelques associations qui ont heureusement permis de donner un peu de chaleur à cet événement.

Notre proposition dans le cadre de ce débat d’orientations budgétaires est de lancer un travail sérieux en 2019 en vue de proposer un marché de Noel digne de ce nom. Marché qui permettrait à nos concitoyens de se retrouver dans une ambiance chaleureuse et fraternelle. Il est toujours incompréhensible de voir comment des villes voisines comme l’Hay-Les-Roses arrivent à proposer un marché de qualité avec aussi peu de moyens.

Nous proposons également de lancer dès le mois de Février 2019 un concours public ouvert à toute la population pour qu’un concept de marché de Noel innovant soit étudié et proposé à un jury composé de citoyens, d’élus et de personnalités externes à la ville.

Cela nous permettra très certainement de sortir des sentiers battus et de proposer des concepts totalement nouveaux aux Chevillais. Il suffit de se balader dans la ville ou dans les réseaux sociaux pour voir que le village de Noel à crée beaucoup de déception cette année. Il faut absolument corriger cette erreur en 2019.

Vous avez décidé de façon unilatérale Madame La Maire, d’annuler plusieurs événements festifs qui permettaient aux Chevillais de se retrouver, le bal de la libération, le Noel solidaire ou le casse-croute gastronomique. Ces événements mis en place par vos prédécesseurs remportaient l’adhésion d’une grande majorité de Chevillais.

Notre proposition est de rétablir ces moments de convivialité pour permettre aux citoyens de se retrouver, de se connaitre et d’imaginer des projets ensemble.

 En ces temps hyper connectés, nous avons besoin de retrouver de vrais liens humains.

Associations :

Nos associations jouent un rôle fondamental dans la création de liens sociaux. Nous soutenons les associations de la ville de Chevilly-Larue. Nous avons confiance dans les responsables associatifs et dans les nombreux bénévoles qui font un travail remarquable.

Deux associations posent Aujourd’hui un problème, la section locale du secours populaire qui a été décriée dans la presse pour les comportements douteux de son responsable ainsi que l’ACSF, association culturelle sociale et familiale, présidée par notre collègue Patrick Blas.

Sur l’ACSF, nous avons obtenu les comptes de l’association après un épisode malheureux qui a créé une tension inutile dans la ville.

Nous demandons à présent la mise à disposition du grand livre de compte sur le site de la ville pour que nous puissions vérifier la bonne utilisation des deniers publics. La certification par un expert-comptable ne suffit absolument pas à garantir la bonne gestion. Elle signifie simplement que les justificatifs de chaque dépense ont bien été envoyés.

Nous demandons une nouvelle fois que ces deux associations soient auditées par un organisme indépendant externe à la ville car nous n’avons pas confiance dans leur gestion actuelle. Il y a trop d’irrégularités ou de risques de conflits d’intérêt.

Nous proposons le renforcement des subventions à nos associations dans la mesure où nous présentons tous les ans des comptes avec des excédents non utilisés. Une partie de ces excédents permettrait d’aider nos associations à se développer ou à financer leurs projets .

Nous proposons également d’intégrer des citoyens tirés au sort dans les commissions d’attribution des subventions aux associations, comme gage de transparence et d’ouverture.

Permettez-moi de vous signaler Madame La Maire, que votre parole n’a pas été tenue.

Comme vous le savez, l’association la retraite sportive bénéficiait jusqu’à l’année dernière de 500 € de subvention.

Celle-ci ayant été ramenée à 400 € en 2018, je vous avais signalé le problème et vous aviez pris l’engagement de rétablir la subvention au même niveau que les années précédentes. Pour votre information, cette association n’a pas reçu la totalité de la subvention comme convenu. J’espère que cette injustice sera corrigée.

Des changements d’orientation dans plusieurs domaines :

Ces derniers mois ont été l’occasion d’une série de changements qui ont beaucoup interpellé les Chevillais et même vos amis politiques.

Vous avez annoncé lors de la soirée du personnel, la création d’une police municipale à Chevilly-Larue. Vous le confirmez à l’occasion de vos orientations budgétaires. Nous sommes d’accord avec cette proposition.

Curieux revirement lorsque l’on sait comment nous étions attaqués lorsque nous avons formulé cette proposition lors de la campagne des municipales en 2014 et tous les ans à l’occasion du débat d’orientation budgétaires.

Il aura donc fallu attendre près de 5 ans et voir notre ville se dégrader d’une façon considérable pour comprendre que nous avons besoin d’une police municipale. Quelle perte de temps et de moyens.

Un point tout de même sur la méthode.

Vous avez invité tous les élus à un dialogue ouvert pour construire des solutions sur la sécurité publique. Nous avons joué le jeu et travaillé en bonne intelligence avec la majorité pour faire des propositions concrètes.

Nous avons été très surpris de voir comment vous avez balayé d’un revers de main le travail de cette commission en annonçant avant même la fin des travaux la création d’une police municipale. Il y a un vrai décalage entre les paroles et les actes.

Voilà une démarche inutile qui a fait perdre du temps à tous les élus qui se sont sincèrement inscrits dans ce groupe de travail. Comment voulez rétablir la confiance avec ces approximations ?

Même chose pour la vidéo protection des bâtiments publics que nous proposons depuis plus de 5 ans et que vous avez fini par mettre en place après l’incendie survenu dans le centre de loisirs dans lequel nous nous trouvons ce soir.

Vous avez enfin décidé d’acquérir des véhicules électriques pour remplacer les véhicules polluants détenus par la ville de Chevilly-Larue. C’est une bonne chose. Vous avez donc changé d’avis sur la pertinence de cette mesure et on peut s’en féliciter.

Dans le domaine de l’éducation, vous avez enfin compris la nécessité de lancer les études pour construire une nouvelle école pour répondre à l’augmentation importante de la population.

Gérer une ville ne se résume pas à réagir aux problèmes au jour le jour comme vous le faites mais plutôt en anticipant les difficultés. C’est cela être bon gestionnaire. Nous en sommes loin.

La densification de la ville de Chevilly-Larue :

Chacun le sait désormais, les programmes de construction lancés ces dernières années ont beaucoup densifié nos quartiers ; De nombreux problèmes de vivre ensemble se posent désormais partout à Chevilly-Larue.

Nous manquons terriblement d’espaces verts et de zones de convivialité, ce qui dégrade considérablement notre attractivité malgré nos atouts géographiques.

Il suffit de parcourir la ville pour constater les nombreux appartements ou pavillons en vente. Je ne vous apprends rien.

Le nombre de logements sociaux a dépassé les 43% et selon certaines prévisions nous nous acheminons vers le dépassement des 50% dans 5 ans.

Les comptages réalisés par la métropole du Grand Paris sur les futures constructions font ressortir un chiffre inquiétant ;

Plus de 80% des futures logements sont de type  social. Vous avez contesté ce chiffre auprès de la métropole avec des explications qui n’ont pas convaincu l’administration du Grand Paris qui maintient sa prévision des 80%.

Dans le quartier Larue, la zone du parvis du cimetière intercommunal a mobilisé de nombreux citoyens et associations qui veulent bloquer toute velléité de nouvelles constructions de logements à deux pas d’une zone de recueillement et de solennité.

Les cafouillages dans l’organisation des ateliers de concertation et les décalages successifs des rendez-vous avec la population ont fini de nous convaincre que les choses semblent échapper à tout contrôle de la municipalité.

Nous proposons de mettre un terme à tout projet de constructions sur le parvis du cimetière intercommunal et de résumer l’opération à un simple ravalement de l’existant.

Le quartier a besoin de calme et d’apaisement. Vous aurez beau nous dire que rien n’est encore décidé, cela ne changera rien car nous savons que le cabinet d’aménagement retenu est le même que celui qui a été sélectionné par le maire de l’Hay-Les-Roses pour requalifier son centre-ville.

Ces gens-là sont des experts en grands projets immobiliers et ne candidatent jamais pour des ravalements de façade.

Nous proposons un moratoire dans les nouvelles constructions et de conditionner tout nouveau projet à un vote citoyen.

Concernant nos finances locales :

Notre ville est beaucoup plus endettée que les autres villes de sa catégorie.

Avec plus de 27 millions d’euros de dette, nous avons atteint un niveau d’alerte qu’il ne faut pas dépasser.

Vous avez d’ores et déjà entamé la renégociation de certains emprunts réputés toxiques, il faut absolument poursuivre le travail sur toutes les autres lignes de crédit de ce type. Il en va de l’avenir de notre commune et de la santé de nos finances locales.

Ramenée à chaque habitant, notre dette représente 1475 € et 5800 € pour un foyer de 4 personnes la ou les autres communes de notre strate sont à 900 € par habitant.

Après plusieurs augmentations de nos impôts locaux en 2017 et avant, nous proposons de ne pas les augmenter en 2019.

Les élections municipales approchant, nous n’avons aucun doute sur le fait que vous tiendrez compte de cette proposition.

Nous n’oublierons pas les augmentation survenues les années précédentes alors que nous n’avions clairement aucun problème pour financer notre fonctionnement et nos investissements.

Dans le domaine de l’écologie et de la protection de l’environnement :

Une information qui a beaucoup interrogé. C’est à Chevilly-Larue qu’il y a le plus de voitures polluantes sur les 24 villes qui feront l’objet de restrictions de circulation l’été prochain (2019).

Avec plus de 12% de véhicules de niveau Critair 5, notre commune n’est pas une référence en matière de propreté du parc automobile. Nous sommes tous conscients de la nécessité d’accélérer dans la protection de notre environnement pour laisser un patrimoine écologique aux générations futures.

Nous devons également penser à tous les Chevillais qui vont être touchés par cette mesure pour aller travailler dès l’été 2019. Tous n’ont pas les moyens d’acheter un nouveau véhicule plus propre dans les mois qui viennent.

Madame La Maire refuse pour l’instant la mise en place d’une aide à destination des Chevillais les plus modestes pour leur permettre d’acquérir un autre véhicule tant que la métropole n’a pas décidé d’un accompagnement financier des municipalités.

Nous considérons que Chevilly-Larue a le devoir d’accompagner les citoyens qui risquent de perdre leur emploi et leur autonomie dès l’été prochain.

Nos concitoyens ne doivent pas souffrir des problèmes politiques qui existent entre les collectivités.

Nous proposons la création d’un fonds de secours municipal de 1,5 millions d’euros pour répondre aux situations les plus urgentes. Ce fonds permettrait d’aider les citoyens à acquérir un véhicule moins polluant sous conditions. Comme critère, nous pourrions imaginer les ressources, la distance vis-à-vis du lieu de travail et le modèle du véhicule à acquérir.

Charge ensuite aux élus et à Madame La Maire de se retourner vers la métropole pour négocier les conditions d’un remboursement de ce fonds de secours.

On ne peut se résoudre à attendre les bras croisés que la métropole daigne répondre à nos attentes.

C’est aux élus municipaux d’être proactifs et de faire des propositions concrètes pour protéger les Chevillais.

Certains spécialistes font un lien direct entre le parc automobile vieillissant et la paupérisation de la population municipale.

A titre de comparaison, nos villes voisines sont dans une situation beaucoup plus favorable que celle de Chevilly-Larue.

Pour rappel, nous avons 12% de véhicules polluants de niveau Crit’air 5

La ville de Thiais est à 7%, 7 % également pour Rungis, 5% pour Fresnes et l’Hay-Les-Roses.

C’est le signe qu’il y a un vrai problème à Chevilly-Larue par rapport aux villes de la circonscription.

Cela peut signifier que le niveau de vie des Chevillais s’est sensiblement dégradé par rapport à celui de leurs voisins.  Une ville riche, une partie de la population pauvre.

Le taux de chômage est passé de 7% à 11% en 10 ans à Chevilly-Larue, preuve supplémentaire d’une paupérisation de notre population.

Nous avons un problème d’emploi alors même que nous devrions plutôt être en dessous des moyennes nationales car nous avons un formidable bassin d’emploi avec le MIN de Rungis et la zone de l’aéroport d’Orly. Pourquoi nous n’en profitons pas plus que cela alors que d’autres à côté de nous sont dans une meilleure situation.

Il y a en moyenne 1 103 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi pour la commune de Chevilly Larue.

Dans le domaine des sports,

Nous avons la chance d’habiter dans une ville qui regorge de talents dans les domaines sportif, culturel et artistique.

La municipalité doit accompagner la pratique sportive et mettre à disposition de nos jeunes toutes les structures permettant d’améliorer leurs performances et de faire rayonner notre ville.

Des communes comme Rungis ont réussi à élever le niveau de leurs clubs de football en quelques années et nombreux sont les jeunes chevillais tentés par une expérience dans la ville voisine pour progresser encore plus vite.

Nous proposons la création d’un deuxième terrain synthétique dans le parc municipal des sports pour offrir plus de possibilités et viser l’excellence sportive.

Suite à la tribune du mois de Novembre, il semble que Madame La Maire ait enfin décidé de prendre contact avec nos équipes de football.

Nous souhaitons que cet équipement soit réalisé et livré le plus rapidement possible pour que nos jeunes puissent s’y entrainer dès l’année 2019.

Pour terminer ce propos, parlons de culture :

Nous avons proposé il y a 3 ans l’organisation d’un salon du livre à Chevilly-Larue pour créer des passerelles entre les citoyens et développer l’amour de la lecture. Madame La Maire n’a pas retenu cette proposition et a promis de faire une contre proposition plus innovante. Nous attendons toujours…

Je souhaite que cette année 2019 soit celle de la transparence et de l’ouverture, pour donner aux Chevillais l’envie de s’engager dans les affaires municipales.

 Nous avons besoin de nouveaux talents et de nouvelles approches pour donner à Chevilly-Larue la place qu’elle mérite en Ile-De-France.

Soyons à la hauteur des Chevillais.

Je vous remercie de votre attention.

Yacine Ladjici

Ensemble,

Faisons avancer Chevilly-Larue

Chevilly-Larue n’est pas à bétonner…

La Maire de Chevilly-Larue nous alerte depuis quelques semaines sur les démarchages agressifs de certains promoteurs qui voudraient racheter des zones pavillonnaires pour bétonner massivement nos quartiers.

La prise de position de notre Maire a beaucoup fait sourire les élus et les associations qui se battent pour préserver nos quartiers contre la densification mise en œuvre par cette majorité.

Elle oublie volontairement de nous dire qu’en tant que Maire-Adjointe à l’urbanisme dans la mandature 2008-2014 puis Maire de Chevilly-Larue depuis 2014, elle est la première responsable de la dégradation de notre cadre de vie.

Vouloir désigner un responsable virtuel (les promoteurs) est une façon de détourner l’attention des Chevillais en leur faisant croire que le danger vient de l’extérieur. C’est une technique de communication vieille comme la politique.

En réalité, le maire dispose de toutes les attributions juridiques pour mettre à jour le plan local d’urbanisme et protéger donc nos zones pavillonnaires.

Certains maires ont décrété par exemple des zones d’exclusion d’immeubles et ont limité le nombre maximum d’étages pour les futures constructions. Cela a dissuadé les promoteurs immobiliers de toutes velléités d’investissement. Ces solutions sont tout à fait applicables à Chevilly-Larue.

Les opérations Anatole France, Meuniers et Sorbiers sortent de terre. Elles nous donnent un avant-goût assez amer du projet urbain que tente de nous vendre La Maire de Chevilly-Larue. Nous lui disons tout simplement que Chevilly-Larue, n’est ni à vendre et ni à bétonner.

Nous vous souhaitons un bon mois de Décembre et de belles fêtes.

Comptes de l’ACSF : Pour tout comprendre

En Septembre 2018, nous vous alertions sur le refus de La Maire de Chevilly-Larue de nous fournir les comptes d’une association présidée par l’un de ses Maire-Adjoints.

Cette association nommée l’ACSF (Association sociale culturelle et familiale) perçoit une subvention municipale annuelle moyenne de 100 000 € par an.

La sollicitation du Préfet-Du-Val-De-Marne et de la cour régionale des comptes d’Ile-De-France nous a permis de faire céder La Maire de Chevilly-Larue et nous avons donc fini par obtenir les documents demandés le 10 Octobre 2018, soit deux mois et 10 jours après notre demande initiale.

Loin de nous rassurer, les documents reçus ont au contraire suscité beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes. Nous comprenons mieux le refus La Maire de Chevilly-Larue de nous faire parvenir les documents comptables demandés.

Alors que l’association présidée par Monsieur Patrick Blas existe depuis plusieurs décennies, il est particulièrement surprenant de constater que les montants mentionnés dans le budget prévisionnel sont rarement concordants avec les comptes de résultats certifiés par l’expert-comptable. Des différences pouvant aller de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros.

Nous avons en outre détecté plusieurs graves anomalies dans les comptes de cette association.

En voici une synthèse :

Première anomalie : des frais d’études budgétées à hauteur de 10000€ par an. Comment expliquer qu’un orchestre philharmonique puisse avoir recours à des études ?

Deuxième anomalie : Une dérive de 525% dans les dépenses de fournitures non stockées. Jusqu’à 7886€ de dépenses du quotidien tous les ans. Achats de petits équipements non amortissables.

Troisième anomalie : Des dépenses en cadeaux tous les ans. Est-ce le rôle d’une association municipale d’offrir des cadeaux tous les ans ? A qui et dans quel objectif ?

Quatrième anomalie : Jusqu’à 63940€ de salaires versés à des tiers non identifiés. Soit 64% de la subvention municipale utilisée en rémunération alors que la ville de Chevilly-Larue dispose d’un conservatoire de musique et de danse doté d’un personnel municipal permanent.

Cinquième anomalie : Jusqu’à 10564€ de frais de réceptions et de restauration tous les ans. Soit plus de 10% de la subvention municipale.

Sixième anomalie : Jusqu’à 26395€ de frais de voyages et de déplacements par an pour une association qui compte officiellement 44 adhérents.

Septième anomalie : Le banquet annuel de l’association est pris en charge directement par la ville de Chevilly-Larue sans mention aucune dans les documents budgétaires ou dans les comptes. Cela représente plus 30000€ de subvention supplémentaire non déclarée.

Huitième anomalie : L’ACSF est l’une des associations les plus subventionnées par la municipalité. Cette association n’est pas accessible à tous. Elle ne peut être intégrée que par cooptation. Un élu municipal de l’opposition ayant candidaté pour devenir simple bénévole s’est vu signifier un refus sans justification.

Nous avons proposé que le vote de cette subvention soit reporté à un prochain conseil municipal pour nous laisser le temps d’enquêter en profondeur sur ces graves manquements.

Nous avons demandé un audit des comptes de l’ACSF par un organisme indépendant.

La Maire a refusé toutes nos propositions et a fait voter l’avance de subvention par le conseil municipal malgré toutes nos inquiétudes sur la gestion de cette association par Monsieur Patrick Blas, Maire-Adjoint à la tranquillité publique, aux fêtes et cérémonies et aux sports.

Dans ces conditions et pour la première fois depuis 2014, nous n’avons pas voté la subvention.

Nous avons une pensée pour tous les bénévoles de l’association sociale culturelle et familiale dont nous respectons pleinement le travail et l’engagement.

La gravité de la situation et l’ampleur des dérives peuvent paraitre surréalistes pour certains citoyens. Nous le comprenons parfaitement. Vous pouvez accéder à la totalité des comptes envoyés par La Maire de Chevilly-Larue pour vérifier par vous-mêmes les montants mentionnés dans notre publication :  Cliquez-ici copie courrier Mme la Maire du 10 10 2018 (1)

Discours prononcé le 22 Novembre 2018 concernant la subvention à l’association culturelle sociale et familiale (ACSF)

Chevilly-Larue, le 22/11/2018

« Discours prononcé en réponse à la présentation d’une délibération par la majorité municipale demandant le versement anticipé d’une partie de la subvention annuelle accordée à l’association culturelle, sociale et familiale, présidée par Monsieur Patrick Blas, Maire Adjoint à la tranquillité publique, aux fêtes et cérémonies et aux sports »

Madame La Maire, Chers collègues,

Nous sommes appelés à nous prononcer sur le versement anticipé d’acomptes de la subvention annuelle de l’association sociale culturelle et familiale (ACSF) au titre de l’exercice 2019.

Cette association est présidée par notre collègue Patrick Blas, membre de la majorité municipale et Maire-Adjoint en charge de la tranquillité publique, des fêtes et cérémonies ainsi que des sports. Raison pour laquelle il ne peut prendre part au vote sous peine de conflit d’intérêt encadré par la loi.

Les questions légitimes de l’opposition municipale durant l’été 2018 ont provoqué une confrontation violente avec la majorité municipale. Cette confrontation était inutile.

Tout aurait pu être évité si nous avions reçu les documents demandés en temps et en heure.

Dans un monde ouvert et connecté, il n’y a quasiment aucune barrière à l’information.

Tout finit par se voir et se savoir. C’est la transparence à marche forcée pour tous, citoyens comme élus.

Rappelons que l’opposition exerce un rôle de contrôle de la politique de la majorité municipale. C’est l’un des fondements de notre démocratie locale.

Ce contrôle est tout à fait sain et permet d’éviter certaines dérives qui surgissent lorsque des élus arrivent à la conclusion que la collectivité dont ils ont la charge est une propriété particulière d’un clan ou d’une formation politique.

La saisine du préfet du Val-De-Marne et de la cour régionale des comptes a sans doute permis d’accélérer les choses et nous avons enfin fini par obtenir les comptes de l’association présidée par Monsieur Patrick Blas le 10 Octobre 2018, soit plus de 2 mois et 10 jours après les avoir réclamés à Madame La Maire.

Mieux vaut tard que jamais. Je regrette l’absence du Maire Adjoint aux associations ce soir, il est sans doute occupé dans une autre ville.

Nous avons pris le temps d’étudier les documents reçus avec toute notre équipe. Nous avons également sollicité 2 spécialistes en gestion des collectives locales ainsi qu’un expert-comptable.

Mes Chers collègues,

Loin de nous rassurer, les documents reçus ont au contraire suscité beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes. Je vais m’en expliquer.

Alors que l’association présidée par Monsieur Patrick Blas existe depuis plusieurs décennies, il est particulièrement surprenant de constater que les montants mentionnés dans le budget prévisionnel sont rarement concordants avec les comptes de résultats certifiés par l’expert-comptable. Des différences pouvant aller de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros.

Ces écarts peuvent s’expliquer par un manque de rigueur flagrant dans la gestion de l’association et par le manque de vérification de l’adjoint en charge du secteur. Cet élu aurait dû émettre des recommandations dès 2014 pour permettre à cette association de mettre en cohérence son budget prévisionnel avec les comptes annuels certifiés.

Nous avons détecté plusieurs anomalies dans les comptes de cette association.

Première anomalie :

L’ACSF a fait une demande de subvention pour des frais d’études :

10000 € en 2014, 11500 € en 2015, 9300 € en 2016, 9370 € (C’est précis) en 2017 ;

L’analyse détaillée des comptes certifiés entre 2014 et 2017 par l’expert-comptable ne fait aucunement apparaître des dépenses d’études ou assimilés.

Deuxième anomalie :

Au poste 606300, les fournitures non stockés ou fournitures d’entretien. Exemple, achat d’un outil du quotidien, tel qu’un marteau, une lampe torche ou une machine à café.

L’ACSF a fait une demande de subvention pour le poste 606300 comme suit :

1300 € en 2014, 1400 € en 2015, 1200 € en 2016, 1500 € en 2017 ;

Le compte de résultat mentionne les dépenses suivantes :

7878 € en 2014, 6954 € en 2015, 7644 € en 2016, 7886 € en 2017 ; Soit une dérive de 525% par rapport à ce qui est demandé en subvention à notre municipalité. Cela fait beaucoup de marteaux ou de lampes torches.

Troisième anomalie :

Au poste 623400, entre 2014 et 2017. On découvre que l’association a dépensé entre 268€ et 570€ en cadeaux.

Les montants restent faibles par rapport à la subvention municipale à l’ACSF mais il est curieux de voir de telles dépenses lorsqu’on sait qu’une association comme la retraite sportive n’a bénéficié que d’une subvention municipale de 500 € en 2018.

Quatrième anomalie :

Entre 59754 € et 63940 € de frais de personnel charges comprises. Soit entre 59% et 64% de la subvention municipale utilisée pour salarier des personnes.

Ces montants de salaires peuvent être assimilés à une délégation de service public par la municipalité à l’association présidée par Monsieur Patrick Blas.

Or la ville de Chevilly-Larue dispose d’un conservateur de musique et de danse avec un personnel salarié à plein temps.

Ces versements de salaires sont très surprenants.

Surtout pour une association qui n’est pas ouverte à toute la population Chevillaise sachant qu’il faut être coopté pour intégrer l’ACSF.

Nous demandons qu’une liste des salariés de cette association soit mise à disposition par Madame La Maire pour que nous puissions vérifier qu’il n’y a aucune collusion ou conflit d’intérêt dans les recrutements opérés par l’association présidée par Monsieur Patrick Blas.

Cinquième anomalie :

Au poste 625730, poste appelé officiellement réceptions/dépenses de restauration.

L’ACSF ne fait aucune mention à ce poste de dépense dans le budget prévisionnel contenu dans la demande de subvention.

Le compte de résultat mentionne les dépenses suivantes pour le compte 625730, réceptions et dépenses de restauration.

7613 € en 2014, 10564 € en 2015, 8278 € en 2016, 5922 € en 2017 ;

Ce qui signifie qu’en fonction des années, entre 6 et 10% de la subvention municipale est utilisée en frais de réceptions / restauration. Cela est énorme lorsqu’on sait que l’ACSF est subventionnée à hauteur de 100 000 € par an en moyenne.

Je vous rappelle tout de même qu’il s’agit d’argent public émanant des impôts des Chevillais.

Sixième anomalie :

Au poste 625100, poste appelé officiellement voyages et déplacements.

Entre 2014 et 2017, l’association a dépensé entre 5023 € et 26395 € par an en déplacements et voyages. Soit entre 5% et 26% de la subvention municipale.

L’honnêteté intellectuelle nous oblige à mentionner le fait que nous avons appris que les membres de l’association présidée par Monsieur Blas sont amenés à se rendre en groupe à l’étranger à l’occasion de certaines représentations mais moyennant le paiement de leurs propres frais individuels de déplacement, étant entendu que l’association ne prend en charge qu’une petite partie du voyage.

Faisons un calcul rapide. L’association compte 44 adhérents.

Hypothèse. Les 44 adhérents doivent se rendre au pays basque pour un concert de musique.

Comptons large. Le voyage aller-retour de l’aéroport d’Orly coute au grand maximum 300 euro.

Comptons deux nuitées d’hôtel pour un montant de 160 € et 100 € de frais de restauration pour deux jours. Cela nous fait un total de 560 €.

Si l’association dans sa grande générosité prenait en charge 30% du montant total du déplacement (Billets d’avion et restauration), cela nous amènerait à un montant total de 7392 € pour tous les adhérents. Nous sommes très loin des 26395 € dépensées en 2015 ou des 17329 € dépensés en 2016.

Septième anomalie :

Le banquet annuel de l’association est pris en charge par la ville de Chevilly-Larue sans mention aucune dans les documents budgétaires de l’ACSF. Plus de 30000 € de subventions supplémentaires non déclarées.

Il existe encore d’autres anomalies dans les comptes de l’ACSF. Nous faisons le choix de nous limiter aux 6 qui nous semblent être les plus problématiques et qui méritent donc une réponse rapide.

Un motif de satisfaction tout de même, les frais d’expert-comptable sont assez stables et représentent entre 1920 € et 2100 € de charges pour l’association chaque année.

Nul besoin de préciser que ces chiffres émanent du dossier qui m’a été fourni par Madame La Maire le 10 Octobre 2018.

Ils sont donc vrais et vérifiables. Je me tiens à la disposition tout élu ou de tout citoyen qui le souhaite pour fournir toutes les pièces qui ont permis de vous présenter cette analyse.

Voulant me faire ma propre idée sur le fonctionnement de cette association avant de livrer une quelconque analyse publique, j’ai décidé d’adresser ma candidature à Monsieur Patrick Blas en vue de devenir un modeste bénévole de l’ACSF et de fournir une aide dans la mesure de mes compétences.

Demande envoyée le 30 Septembre 2018 à Monsieur Patrick Blas, réponse négative et non motivée parvenue le 8 Octobre 2018.

Comment expliquer que l’une des associations les plus subventionnées de la ville de Chevilly-Larue puisse refuser une demande d’adhésion de la part d’un citoyen Chevillais ?

Est-ce paracerque je suis élu de l’opposition ? Est-ce en raison de mes opinions politiques qui sont loin d’être celles de Monsieur Patrick Blas ? Ou est-ce tout simplement paracerque j’ai la faiblesse d’exercer pleinement mon rôle d’élu de l’opposition municipale en voulant m’assurer de la bonne utilisation des deniers municipaux ?

Je ne vous demande pas de me répondre Madame La Maire. J’ai mon idée sur la question.

Ces méthodes sont scandaleuses.

Ces éléments factuels amènent un éclairage nouveau sur cette association. Je pense que nous sommes plusieurs à penser qu’il y a un réel problème à faire voter cette délibération en l’état.

Disons-le sans détour. Nous n’avons pas confiance dans la gestion de cette association.

Nous n’avons plus confiance dans le travail du Maire-Adjoint en charge des associations qui aurait dû éviter qu’une telle situation ne se produise dans son secteur.

Il y a une grave défaillance dans le contrôle de cette association qui sème un doute profond sur la rigueur de certains dans l’exécution du mandat donné par les Chevillais.

Au nom de la liste que je représente, Ensemble, Faisons avancer Chevilly-Larue,

Je vous annonce pour la première fois de cette mandature, que je ne peux voter cette délibération sans garanties solides de la part de Madame La Maire et de sa majorité qu’il y a une volonté de mettre un terme à ce type d’approximations et de laxisme dans la gestion de nos associations.

Madame La Maire,

Je vous fais ce soir une proposition tout à fait constructive et vous noterez l’effort au vu des circonstances :

Reportons le vote de cette délibération pour nous laisser le temps de faire toute la lumière sur ce dossier dans le calme et le respect.

Mandatons un organisme indépendant pour auditer les comptes de l’ACSF en toute transparence, pour que nous puissions valider ensemble les axes d’amélioration et éviter qu’une telle situation ne se produise de nouveau à l’avenir.

Vouloir passer en force au vu de ces éléments serait un signal extrêmement négatif pour les Chevillais qui attendent transparence et rigueur de la part de leurs élus municipaux.

J’ai une pensée pour tous les bénévoles de l’association sociale et culturelle dont je respecte pleinement le travail et l’engagement.

Je regrette qu’il y ait eu au mois de Septembre 2018 une volonté de les instrumentaliser contre nous dès lors que nous avions réclamé les comptes de l’ACSF. Ces méthodes sont inacceptables.

Je vous remercie de votre attention.

Yacine Ladjici

Ensemble,

Faisons avancer Chevilly-Larue

Football à Chevilly-Larue : Visons l’excellence !

Nous avons la chance d’habiter dans une ville qui regorge de talents dans les domaines sportif, culturel et artistique.

L’engouement de nos jeunes pour le football n’est pas nouveau. La réussite des Bleus lors de la coupe du monde 2018 en Russie n’a fait qu’amplifier une dynamique engagée depuis de nombreuses années.

Nos équipes masculines comme féminines travaillent beaucoup, avec l’aide de leurs entraîneurs et de l’Élan, pour améliorer leurs performances. Elles sont conscientes de leur rôle d’ambassadeurs à l’échelle du département du Val-De-Marne comme au niveau national. Une équipe de football qui réussit participe au rayonnement de la ville et à sa notoriété.

Des communes comme Rungis ont réussi à élever le niveau de leurs clubs de football en quelques années et nombreux sont les jeunes Chevillais tentés par une expérience dans la ville voisine pour progresser encore plus vite.

Nous avons des jeunes de talent, une association sportive de qualité (l’Élan) et des moyens municipaux importants. Que manque-t-il alors ?

Des équipements de haut niveau accessibles et en nombre suffisant pour permettre à nos sportifs de s’entraîner dans des conditions optimales.

Ce n’est un secret pour personne, la ville de Chevilly-Larue dispose de moyens financiers considérables (60,3 Millions d’euros de budget en 2018). La création d’un deuxième terrain synthétique dans le parc municipal des sports semble être nécessaire pour offrir plus de possibilités et viser ainsi l’excellence sportive.

Nos jeunes veulent avancer. Le devoir des élus municipaux est de les aider dans la réalisation de leurs rêves.