Archives pour la catégorie Interventions officielles

Intervention : Situation du parvis du cimetière intercommunal

Madame La Maire, Chers Collègues,

Le sujet du parvis du cimetière intercommunal de Chevilly-Larue inquiète les Chevillais et cela est tout à fait légitime.

Madame La Maire doit faire face à une vague de mécontentement et d’insatisfaction que nous avons rarement vus dans notre commune.

Il est tout à fait regrettable de constater que nous sommes dans cette situation à cause du manque total de transparence et de la volonté assumée de ne pas associer les forces politiques et citoyennes dans la réflexion relative au projet de requalification du parvis du cimetière.

Vous avez récemment déclaré publiquement que cette mobilisation était le fruit d’une manipulation d’anciens candidats déçus aux dernières élections municipales.

Ces affirmations sont mensongères et ne reposent sur aucun fait. De tels propos sont scandaleux, surtout lorsqu’ils émanent du premier responsable politique de notre commune.

Vous sous-entendez que les Chevillais ne sont pas suffisamment adultes pour réfléchir par eux-mêmes et comprendre qu’il est dans leur intérêt de participer à la mobilisation pour bloquer tout projet de nouvelles constructions sur ce parvis.

Il suffit de se rendre sur place, à la Croix Du Sud et dans le quartier Larue pour comprendre en quelques minutes que cette mobilisation est une émanation citoyenne sincère et structurée qui dépasse les clivages politiques locaux et nationaux.

Ayez le courage d’assumer vos erreurs sur ce sujet.

Votre première erreur est d’avoir mené depuis 2017, des consultations avec certaines parties prenantes sans en avoir informé l’ensemble la population et le conseil municipal.

Votre deuxième erreur a été de considérer, qu’en 2018 on pouvait encore entamer des projets immobiliers structurants dans une commune de 19000 habitants en toute discrétion.

Votre troisième erreur est liée à votre communication totalement hasardeuse sur ce projet de requalification.

Vous affirmez des choses en réunion de quartier en présence de plusieurs dizaines de chevillais, vous écrivez d’autres choses dans un compte rendu adressé dans la hâte à la population et ensuite vous dites encore d’autres choses à la presse.

Avouez qu’il n’est pas évident de vous suivre en ce moment.

Vous essayez de nous rassurer en affirmant que rien n’est encore décidé.

Comment imaginer un seul instant que le syndicat du cimetière accepte de dépenser plusieurs dizaines de milliers d’euros pour se faire assister d’un cabinet d’aménagement sans qu’il n’y ait de réels objectifs de nouvelles constructions.

De plus, vous semblez penser que la question se résume à une simple inquiétude de voir fleurir de nouvelles constructions de logement sociaux.

Le problème est en réalité beaucoup plus profond.

Nos concitoyens du quartier Larue refusent toute construction de nouveaux logements, quel que soit leur type. Sans doute sensibilisés par votre politique urbaine que nous observons de plus en plus dans le quartier des Sorbiers, dans le quartier Larue et bientôt dans le quartier centre.

Notre liste, Faisons avancer Chevilly-Larue n’est absolument pas rassurée à la vue de ce qui se construit dans notre commune et qui va causer de graves problèmes sociaux dans les années à venir.

Nous continuerons à nous opposer à votre politique de bétonnage et de densification dans tous les quartiers.

Le parvis du cimetière intercommunal mérite un combat long et organisé. Nous soutenons les initiatives citoyennes nées ces dernières semaines pour bloquer toute volonté de nouvelles constructions.

Sachez que vous avez une opportunité de sortir de cette crise. Elle est simple.

Ayez le courage de présenter des excuses à notre conseil municipal et aux citoyens qui ont pu être heurtés par votre méthode.

Ayez également le courage d’annoncer dès ce soir que vous renoncez à tout projet de nouvelles constructions sur le parvis du cimetière intercommunal.

Annoncez également ce soir que le projet de requalification se résumera à la rénovation du parking et du parvis sur la base de l’existant et faites-nous voter une résolution ce soir comme gage de votre volonté de dialoguer avec l’opposition municipale et avec les responsables associatifs.

Ces 3 conditions sont de nature à apaiser les esprits et à engager le long processus d’un rétablissement de la confiance dans votre parole.

Nous vous offrons une porte de sortie honorable. Tous les élus et tous les citoyens présents en sont témoins.

A vous de saisir cette chance et de tourner enfin la page de cet épisode malheureux.

Yacine LADJICI

Pour la liste : Ensemble, Faisons avancer Chevilly-Larue

 

Publicités

Synthèse du débat d’orientations budgétaires et propositions de la liste!

Madame, Monsieur,

Nous avons participé au débat d’orientations budgétaires Vendredi 16 Mars au nom de la liste d’opposition faisons avancer Chevilly-Larue.

Nous vous invitons à consulter ci-dessous une synthèse des débats et de nos propositions pour la ville de Chevilly-Larue.

Grands revirements de La Maire et sa majorité :

-La Maire de Chevilly-Larue a subitement décidé d’abandonner la brigade équestre après des années d’entêtement sur cette mesure totalement inefficace. Quelle perte de temps et de moyens financiers alors que nous combattons cette mesure depuis plus de 7 ans.

-Constatant les graves problèmes de sécurité que subit actuellement la ville de Chevilly-Larue, Madame La Maire a décidé d’étudier notre proposition de création d’une police municipale après des années de refus systématique.  Elle a rappelé cependant l’opposition de sa majorité à la Police Municipale. Nous espérons qu’il ne s’agit pas d’un tour de passe-passe visant à tromper les chevillais avant les élections municipales de 2020.

– La Maire refuse la généralisation de la vidéo protection dans les quartiers sensibles de la ville de Chevilly-Larue, se contentant de protéger les bâtiments publics isolés. Demi-mesure, très peu efficace.

-Alliance officialisée de La Maire avec la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon pour gouverner la ville de Chevilly-Larue et création d’un groupe s’intitulant la France Insoumise au conseil municipal pour sceller cette union. Cette évolution politique est un signal majeur sur la radicalisation de la majorité municipale vers des positions politiques que rejettent une majorité chevillais.

-Discours inquiétants des membres de la majorité pour dénoncer le monde de l’entreprise, le capital et l’ouverture sur le monde avec l’aval de La Maire, transformant notre conseil municipal en tribune politique pour le Parti Communiste et la France Insoumise. La dérive politique se confirme.

-Confirmation par Madame La Maire de la non efficacité de sa politique en matière du développement du commerce. Fermetures successives d’un grand nombre de commerces dans le centre-ville de Chevilly-Larue. La majorité avoue son impuissance en la matière. Comme si cela ne nous suffisait pas, nous avons découvert la mise en vente du nouveau restaurant italien et de la nouvelle poissonnerie de la Place Mandela, quelques mois après leur inauguration. La situation devient dramatique.

-La politique d’endettement se poursuit avec la souscription de 10 millions d’euros d’emprunts jusqu’en 2020. Chevilly-Larue a une dette 62% plus élevée que la moyenne des villes de notre catégorie.

-Le banquet des aînés continuera à être organisé à l’extérieur de la ville de Chevilly-Larue alors que nous avons des équipements publics pour l’accueillir. Quel aveu d’échec pour l’une des villes les plus riches du Val-De-Marne.

-Dégradation de notre cadre de vie, rendant la ville de Chevilly-Larue peu attractive.

-La Maire de Chevilly-Larue a enfin avoué que la ville a dépassé les 42 % de logements sociaux après des années de déni de la réalité.

-Réorganisation importante de la mairie avec 4 nouveaux directeurs généraux adjoints sans informer l’opposition qui ne peut donc pas exercer son droit de contrôle de la majorité. Curieuse conception de la démocratie à Chevilly-Larue.

-Les rumeurs véhiculées par Madame La Maire concernant une baisse de nos moyens financiers sont totalement fausses et ont pour unique objectif de faire peur aux chevillais. Ces méthodes sont indécentes.

            Les recettes de fonctionnement attendues en 2018 sont de 43,6 millions d’euros soit quasiment égales à celles de 2017 qui étaient de 43,7 millions d’euros.

Pour rappel, en 2014, première année de la mandature, nous avions 43,6 millions d’euros de recettes de fonctionnement. Nous n’avons subi aucune perte de nos moyens contrairement à ce qui est annoncée par La Maire et à sa majorité depuis 4 ans.

Nos propositions pour la ville de Chevilly-Larue pour ce budget 2018 :

Fiscalité :

Nous avons demandé une pause fiscale après l’augmentation historique de nos impôts en 2017

-Nous avons alerté Madame La Maire sur le risque d’avoir recours à l’endettement dans un contexte de perte de nos revenus issus des entreprises.

Sur les commerces :

-Nous avons proposé d’étudier la possibilité de déplacer notre centre administratif dans le cœur de ville pour créer un centre-ville digne de ce nom.

-Nous avons demandé du sérieux dans l’analyse des candidatures des commerçants pour confirmer l’adéquation entre les attentes des chevillais et les nouveaux projets de commerces. Cela évitera les fermetures de masse comme nous le vivions actuellement.

Sur la sécurité publique :

Nous avons demandé la généralisation de la vidéoprotection pour apporter de l’efficacité au travail de nos ASVP dont les patrouilles se font en aveugle et sans efficacité.

– Nous avons rappelé notre proposition de créer une police municipale. Chevilly-Larue demeure l’une des rares villes à rejeter cette création dans le Val-De-Marne.

Sur notre environnement :

Nous avons proposé la création de poumons de ville par le biais de petits parcs dans les quartiers pour réduire l’emprunte de la densification et du bétonnage de la ville décidé par La Maire. L’ancien foyer des jeunes travaillants va être remplacé par un nouvel immeuble, une nouvelle opportunité manquée de créer un parc au centre-ville.

-Nous avons proposé d’installer des bornes de rechargement de véhicules électriques dans le parking du centre-ville pour accompagner le développement du véhicule électrique et répondre aux attentes des chevillais.

-Nous avons proposé la transition vers la technologie LED réglable pour notre éclairage public, ce qui permettra de réaliser jusqu’à 80% d’économies sur notre facture énergétique.

Associations :

Nous avons demandé à La Maire de ne pas raboter le budget de nos associations en 2018 alors que les subventions n’ont représenté que 3,4% de notre budget de fonctionnement en 2017.

-Les associations ne doivent pas être aux ordres de La Maire. Nous avons demandé à ce que le travail de nos associations soit respecté.

Seniors :

Nous avons rappelé notre attachement au banquet des aînés et avons demandé son organisation en décembre plutôt qu’en mars pour le faire coïncider avec les fêtes de fin d’année. Cela permettra de renforcer notre présence auprès de nos seniors dans ces moments ou certains peuvent ressentir de la solitude.

-Nous avons demandé l’organisation du banquet des ainés à Chevilly-Larue et non plus à Villejuif. L’organisation de cet événement à l’extérieur de la ville est couteuse et donne un sentiment de manque d’équipement de notre municipalité. Le Gymnase Marcel Paul peut tout à fait accueillir cet événement annuel.

En conclusion :

Nous avons la chance de vivre dans une ville qui a un potentiel de développement assez exceptionnel.

A 5 Km de Paris, Chevilly-Larue a toute sa place dans un grand Paris connecté et ouvert sur le monde.

L’isolement de la commune n’est pas une option. Nous avons vu avec la mise en place de la métropole du Grand Paris que le développement des territoires se fera avec ou sans nous et qu’il est de notre responsabilité d’anticiper les évolutions pour que les transitions soient toujours bénéfiques aux chevillais en limitant au maximum les chocs organisationnels.

Nous serons toujours solidaires de tous les projets qui permettent d’améliorer la vie des Chevillais au de-là des clivages politiques et des oppositions. L’intérêt de nos concitoyens est notre priorité, nous l’avons démontré à bien des reprises durant cette mandature.

En revanche, à la lecture de vos propositions, nous ne pouvons que constater le fait que nous avons une vision beaucoup plus ambitieuse pour la ville de Chevilly-Larue.

Nous voulons une ville plus ouverte sur le monde,

Nous voulons une ville attractive,

Nous voulons une ville humaine.

La ou votre majorité est dans une logique d’enfermement et de méfiance.

Discours du débat d’orientations budgétaires 2018

Madame, Monsieur, Chers collègues,

J’aimerais commencer cette intervention par une petite précision en réponse à la présentation de Madame La Maire.

Vous dénoncez CICE (Crédit d’impôts compétitivité emploi) comme étant une mesure injuste destinée aux grands capitalistes et aux entreprises du CAC 40.

Madame, La Maire, saviez-vous que le théâtre de Chevilly-Larue a touché le CICE jusqu’en 2017 (20 000 €) ? Pourtant, personne ne pense que cet équipement municipal fait des opérations en bourse…

Ce montant a servi à payer une partie du salaire d’un employé du théâtre.

Cette année, Chevilly-Larue doit payer ces 20 000 € suite à la fin de cette mesure décidée par le précédent gouvernement. Il faut évidemment vérifier les informations avant de dénoncer une mesure dont bénéficie la ville de Chevilly-Larue.

Parlons à présent de ce qui nous rassemble ce jour, le débat d’orientations budgétaires.

A Chevilly-Larue, nous allons bientôt achever notre 4ème année de mandature municipale.

Cela a donné le temps nécessaire à madame La Maire et à sa majorité politique de développer son programme et ses promesses de campagne de 2014. Nous sommes proches du moment du bilan et chacun pourra alors apprécier l’évolution prise par notre commune en 6 ans.

Il reste deux années de travail et cela n’est pas négligeable lorsqu’on sait tout ce qu’il y a à faire à Chevilly-Larue surtout depuis que nous avons intégré au 1er Janvier 2016 la métropole du Grand Paris et le territoire Grand Orly Seine Bièvre.

Nos concitoyens ne mesurent pas encore à quel point notre commune va être transformée par cette nouvelle organisation territoriale pour la simple raison que ces deux nouvelles strates sont dans une phase de mise en place de leurs organisations respectives et à ce titre elles nous retransfèrent par un système de délégation les ressources financières qu’elles sont censées absorber ainsi que les compétences dont elles ont désormais la charge.

Chevilly-Larue subira un véritable choc organisationnel territorial à compter de 2020 avec le transfert définitif de la CFE (Cotisation financière des entreprises) et la CPSTP (Compensation de la part salaires de l’ancienne taxe professionnelle) au territoire, ce qui représente 31% de nos ressources économiques.

D’autres ressources comme la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) , IFER (Taxe sur les réseaux) et la TASCOM (Taxe sur les surfaces commerciales) qui représentent 14% de nos ressources actuelles seront quant à elles transférées directement à la métropole du Grand Paris.

Ces transferts sont la préoccupation majeure du moment et je ne doute pas que l’adjoint aux finances et la direction des finances soient pleinement mobilisés pour anticiper aux mieux ces changements.

Ce transfert de ressources va logiquement s’accompagner d’un transfert de charges en ce qui concerne les domaines de compétences de la métropole et du territoire, à savoir l’assainissement, de l’urbanisme, la politique de la ville et la gestion des déchets.

Ce qui est à redouter est un différentiel trop important entre les ressources transférées et les charges transférées, ce qui mettrait notre commune dans une situation financière particulièrement difficile et les seuls leviers seront d’augmenter de façon conséquente les impôts locaux ou ce qu’il en restera.

Cette situation aurait pu être anticipée depuis bien des années si notre commune avait décidé comme la majorité des villes du Val-De-Marne de rejoindre une intercommunalité. Ce qui aurait protégé notre commune contre ce choc frontal avec la métropole et le territoire.

Nous n’allons pas refaire l’histoire mais mes prédécesseurs dans ce conseil et je cite volontiers Pascal Rioual n’ont jamais cessé d’alerter la majorité sur la nécessité pour nous de rejoindre une intercommunalité, ce qui n’a jamais été pris en compte.

Notre dette par habitant est 62% plus élevée que celles des villes de note catégorie. C’est un sujet qui mérite évidemment toute notre attention surtout lorsqu’on sait que notre capacité de désendettement va profondément être affectée à la hausse avec le transfert des ressources financières à la métropole et au territoire.

La majorité prévoit une augmentation annuelle de la dette de 3,3 millions d’euros parallèlement à des remboursements déjà programmés, ce qui fait que nous allons augmenter de 10 millions d’euros et rembourser aux alentours de 7,5 millions d’euros sur des emprunts en cours, à l’horizon 2020 l’augmentation nette la dette sera de 2,5 millions d’euros.

Nous considérons cette approche comme risquée vu le nombre de paramètres que nous ne maitrisons pas, surtout en ce qui concerne le devenir de la taxe d’habitation dont seront exonérés 80% de nos concitoyens.

L’état va attribuer une compensation pour ces exonérations mais la dynamique financière de cette nouvelle dotation est à ce jour inconnue, ce qui accentue le risque d’avoir recours à l’endettement.

Nous le constatons, Chevilly-Larue rentre dans une nouvelle ère après des années comme ville isolée, terme officiel pour désigner les communes n’appartenant pas à une intercommunalité.

Notre ville se pose désormais de nouvelles questions inhérentes à la coopération intercommunale et met son administration sous tension pour rattraper ce qui a été fait par les autres communes des années avant nous.

Sur le volet organisationnel, vous avez procédé en 2017 à de grands mouvements autour de la direction générale de la mairie. Vous avez créé 4 nouveaux postes de directeur général adjoint, 1 directeur des services techniques et un directeur des services financiers qui était déjà en place.

Nous sommes en démocratie et nous représentons donc l’opposition élue par les chevillais.

Il est particulièrement choquant que l’opposition ne soit même informée de l’évolution de l’organigramme de la mairie.  La logique aurait voulu que nous soyons au minium consultés pour comprendre les besoins et la logique d’une telle réorganisation.

Résultat, nous apprenons l’information par des citoyens qui souhaitent nous interroger sur les objectifs d’une telle restructuration… Comme vous vous en doutez, n’étant pas au courant et ayant même annoncé aux citoyens en question qu’il s’agissait probablement d’une rumeur sans fondement, j’ai été particulièrement gêné de confirmer après coup, que les citoyens avaient bien raison et que l’élu de l’opposition que je suis n’avait même pas eu l’information…

Je vous demande solennellement de nous fournir les documents relatifs à cette réorganisation et de prévoir une explication détaillée, à minima en commission des finances et du personnel.

Une opposition informée et associée est forcément plus constructive…

Revenons à présent sur nos principales orientions budgétaires pour cette année 2018 :

Fiscalité :

En 2017, les chevillais ont eu à subir une augmentation de leurs impôts locaux dans un contexte d’incertitude politique nationale. Nous n’avons pas voté cette augmentation car elle était injustifiée vu que l’état avait acté de son côté une revalorisation de nos bases qui suffisait selon nous à absorber les effets de l’inflation.

Pour cette année 2018, nous proposons de maintenir des taux d’imposition identiques à ceux de 2017 dans la mesure ou l’état a déjà acté une nouvelle augmentation de nos bases locatives.

Toute augmentation significative de nos impôts sera perçue comme une volonté de stimuler en avance de phase la future attribution de compensation liée à la disparition de 80% de la taxe d’habitation pour les ménages.

Le bon sens nous y oblige et le contexte nous y force, toutes les dépenses qui ne profitent pas directement aux chevillais doivent être réorientés vers la maitrise de notre endettement et la stabilisation de notre fiscalité.

Cadre de vie et commerces :

Notre cadre de vie doit être une priorité. Il contribue à la renommée de notre commune et à son attractivité.

Je reviens une Enième fois sur la situation de notre centre-ville qui nous parait particulièrement inquiétante. Nous notons évidemment les efforts déployés par la majorité pour tenter d’embellir la Place Mandela et les alentours mais force est de constater que ça ne marche pas. Des bancs en couleur ne suffisent malheureusement pas à transformer notre centre-ville.

Les commerces ferment les uns après les autres. Ceux qui sont encore ouverts résistent tant bien que mal et leur manque à gagner s’accumule de mois en mois et pose évidemment la question de leur capacité à payer leurs loyers.

Nous ne pouvons laisser des commerçants sincères sans accompagnement. Nous devons être présents en amont des montages de projets pour conseiller et alerter les investisseurs surtout lorsqu’on sait que des commerces similaires ont fermé leurs portes. En la matière, il vaut mieux prendre du temps pour trouver le bon commerce plutôt que d’assister à des ouvertures/fermetures successives qui démotivent les habitants du quartier et qui repoussent les investisseurs.

Nous avons découvert que le restaurant Italien et la nouvelle poissonnerie sont en vente sur le Bon Coin quelques mois à peine après leur inauguration. C’est un nouveau signal négatif sur nos commerces !

Une analyse sur la question des commerces :

J’ai bien peur que le problème soit plus profond que cela. Notre difficulté est liée au fait que notre centre-ville n’en n’est pas vraiment un.

Dans toutes les villes voisines qui arrivent à faire vivre le commerce de proximité et en règle générale, le centre administratif d’une ville se confond avec son centre-ville (Centre administratif : La mairie et les principaux centres de décision de la ville), ce qui ne manque pas de créer toute une dynamique et du passage qui permettent aux commerces d’avoir une clientèle régulière du quartier ainsi qu’une clientèle du centre administratif.

La mairie de Chevilly-Larue est située entre le quartier Larue et Chevilly. C’est un héritage de l’histoire de notre commune. Sa disposition actuelle ne fait pas bénéficier un quartier en particulier d’une dynamique de passage. Avec un peu de recul et une analyse fine des choses, c’est une nouvelle mairie de Chevilly-Larue qu’il aurait fallu installer rue de Provence en lieu et place de l’immeuble qui a récemment été détruit. En tout cas c’est est une possibilité qui aurait pu nous doter d’un centre-ville digne de ce nom.

En matière de propreté des efforts ont été consentis par la majorité, il reste tout de même du chemin à parcourir en matière de sensibilisation au civisme. C’est une partie du problème à laquelle il faut évidemment associer une présence renforcée de nos équipes de propreté publique.

Un cadre de vie agréable n’est évidemment pas suffisant lorsque qu’une commune rencontre de vrais problèmes de sécurité. Nous observons une augmentation des actes de violence, des cambriolages et de vols de véhicules. Personne ne peut nier cette réalité.

Sur la sécurité,

Une nouvelle tranche de mise en place de la vidéoprotection est en cours de déploiement uniquement pour protéger les bâtiments publics. C’est un premier pas qui va évidemment dans le sens du projet que nous avons porté en 2014 mais la situation sécuritaire de Chevilly-Larue nécessite d’aller plus loin en installant de la vidéoprotection directement dans les quartiers qui posent problème, ce qui permettra d’une part de lutter plus efficacement contre les incivilités grâce à la vidéo-verbalisation et d’autre part de rendre les interventions de nos ASVP beaucoup plus ciblées et efficaces.

La brigade équestre dont l’efficacité n’a jamais été prouvée en matière de sécurité va être supprimée en 2018. Cette prise de conscience de la part de la majorité même tardive doit être saluée.

Comme nous le savons désormais, Chevilly-Larue n’a pas été retenue par le gouvernement pour la création de la police de sécurité du quotidien. C’était prévisible.

La police nationale n’ayant toujours pas prévu de renforcer ses effectifs au niveau du poste de Chevilly-Larue, c’est à la municipalité qu’incombe le devoir de protéger et de rassurer les chevillais en créant une véritable police municipale, visible, équipée et travaillant en collaboration avec la Police Nationale.

Nous ne savons toujours pas si Madame La Maire a évolué sur la question. Nous avions proposé l’année dernière l’organisation d’un référendum municipal pour interroger les chevillais sur leur volonté ou non d’avoir une police municipale pour trancher définitivement cette question qui revient tous les ans, preuve que le problème n’est toujours pas réglé. Nous pensons que ce type d’exercice démocratique serait réellement apprécié des chevillais et permettrait de les impliquer davantage dans la gestion de leur commune.

Mails il semble que madame La Maire a ouvert le dossier de la police municipale. Sachez que vous avez le droit de changer d’avis en la matière même après des années d’opposition contre cette mesure. Courage, nous vous soutiendrons même si votre majorité n’est pas d’accord.

Je profite de cette intervention pour saluer le courage et le professionnalisme de nos ASVP mobilisés sur le terrain et qui font un travail notable dans la ville. Je sais que la situation n’est pas toujours facile. Ils sont sans cesse confrontés à des problèmes qui dépassent leurs attributions mais ils essayent d’y faire face dans la limite du possible.

Sur le logement,

On peut constater une densification considérable de notre ville. Elle va poser des problèmes importants, notamment sur les écoles, les équipements publics ainsi que pour le stationnement des véhicules.

Vous êtes à l’origine du plan local d’urbanisme dans sa forme actuelle et ces constructions émanent de votre stratégie pour la ville de Chevilly-Larue.

Nous ne la partageons pas car elle ne met pas suffisamment l’accent sur la mixité sociale. Nous avions fixé un taux de 30% de logement sociaux lors de notre projet lors des municipales de 2014, vous avez choisi une voie différente et nous sommes actuellement à 43% de logements sociaux sous votre gestion.

Le quartier des Sorbiers-Saussaie n’est pas notre exemple d’architecture moderne, nous ne pouvons que constater son manque d’attractivité.

Sur notre environnement,

Nos espaces verts contribuent à l’embellissement de Chevilly-Larue. Nous ne disposons malheureusement pas de beaucoup d’espaces en dehors du parc départemental. Il est évidemment très apprécié des familles et des enfants qui l’utilisent très régulièrement.

Il manque de petits parcs dans les quartiers pour permettre aux jeunes et aux moins jeunes de se retrouver dans un espace ouvert proposant une bonne qualité de l’air.

L’ancien foyer des jeunes travailleurs du centre-ville pourrait tout à fait être remplacé par un mini parc pour créer un poumon de ville mais je pense que vous prévoyez de construire de nouveaux immeubles ce qui ne contribuera évidemment pas à améliorer le cadre de vie.

Nous avons proposé en 2017 le remplacement progressif de notre parc de véhicules diesel par des véhicules électriques à zéro émission polluante. Je constate que c’est une proposition qui a été reprise dans vos orientations budgétaires pour 2018, cela va dans la bonne direction.

Nous avions également demandé dans le cadre de la rénovation du Parking municipal d’intégrer de nombreuses prises de rechargement pour véhicules électriques pour inciter les chevillais à avoir recours à ce type de véhicules sachant que les niveaux d’autonomie dépassent à présent 350 Km.

Il est prévu une augmentation exponentielle du nombre de véhicules électriques sur les 10 ans à venir. Nous avons donc une occasion en or d’être à l’avant-garde sur ce sujet pour renforcer notre contribution à la protection de l’environnement et améliorer par ricochet notre cadre de vie.

Dans le domaine de l’éclairage public, il y a désormais des systèmes assez évolués à base de technologie LED qui s’adaptent à la lumière extérieure pour réaliser des économies d’énergie substantielles. Les villes qui ont mis en place ces dispositifs ont réussi réaliser jusqu’à 80% d’économies sur leur facture énergétique avec un retour sur investissement en quelques années.

Associations,

J’ai eu l’occasion de le rappeler, nos associations sont indispensables. Elles font un travail de qualité. Elles ont besoin de financements pour travailler et rendre des services à la population.

En 2017, les subventions à nos associations n’ont représenté que 3,4% de notre budget de fonctionnement. Ce n’est clairement pas le poste de dépense principal de la ville de Chevilly-Larue et j’espère qu’il n’est pas prévu de raboter leurs subventions alors qu’il existe bien des secteurs qui peuvent générer des économies bien plus importantes. Nous serons vigilants lors de la présentation du budget 2018 en Avril sur cette question en particulier.

Seniors,

Nos séniors ont été mis à contribution par le gouvernement via une augmentation de leur CSG, il est évident que pour une majorité d’entre eux, il y à ce stade une perte de pouvoir d’achat qui varie d’ailleurs selon les revenus. C’est une disposition qui a été validée lors des élections présidentielles par nos concitoyens en contrepartie d’une suppression de la taxe d’habitation.

 Il faut donc attendre la fin de l’année 2018 pour faire un bilan complet lorsque la taxe d’habitation sera supprimée pour 80% des contribuables et il semble que cela concernera à terme 100% d’entre eux.

Il faut évidemment être vigilants et avoir un suivi rigoureux de cette question pour éviter de les pénaliser davantage à l’échelon municipal.

Toute baisse des subventions aux associations de Chevilly-Larue se transformera en une augmentation des tarifs des services proposés, ce qui touchera directement le portemonnaie de nos ainés qui sont les premiers bénéficiaires des activités et autres services associatifs.

Qui dit augmentation de tarifs, dit baisse de la fréquentation et à terme disparition de notre tissus associatif comme véritable vecteur de lutte contre l’isolement et la solitude.

Le banquet des ainés doit évidemment être maintenu mais avec un contenu qui réponde plus aux attentes de nos séniors.

Le banquet des ainés, comme tous les grands spectacles doivent avoir lieu à Chevilly-Larue.

Avoir recours au complexe les Esselières à Villejuif laisse à penser que notre commune ne dispose pas d’infrastructures suffisantes pour rendre hommage et faire plaisir à ses ainés, sans oublier le cout que peut représenter une location de ce type en dehors du périmètre de la ville.

Nous proposons donc d’utiliser l’un de nos complexes existants comme le Gymnase Marcel Paul ou le centre Dericbourg pour le futur banquet des ainés.

Nous proposons également de l’organiser en Décembre plutôt qu’au mois de Mars pour le faire coïncider avec les fêtes de fin d’année durant lesquelles beaucoup de nos ainés se retrouvent seuls ou très peu entourés.

Pour terminer, j’évoquerai le développement économique et l’emploi.

Le taux de chômage est passé de 7% à 11% en 10 ans à Chevilly-Larue, preuve d’une paupérisation de notre population, même si la tendance sur l’année dernière est plutôt à la baisse, nous avons un problème d’emploi alors même que nous devrions plutôt être en dessous des moyennes nationales car nous avons un formidable bassin d’emploi avec le MIN de Rungis et la zone de l’aéroport d’Orly. Il faut essayer de comprendre pourquoi nous n’en profitons pas plus que cela alors que d’autres à côté de nous sont dans une meilleure situation.

Il y a en moyenne 1 103 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi pour la commune de Chevilly Larue. L’âge des chômeurs est le suivant :

13% ont moins de 25 ans.

67% ont entre 25 et 49 ans.

19% ont plus de 50 ans.

Deuxième indicateur d’une paupérisation de notre population à Chevilly-Larue est le taux de pauvreté, selon l’INSEE nous avons atteint 16,3% de personnes ayant des difficultés économiques, ce qui est non négligeable.

La ville doit faire des efforts importants pour aider les personnes en recherche d’emploi à trouver un poste de travail dans notre bassin d’emploi. Nous avons fait plusieurs propositions innovantes en ce sens, nous pouvons les développer si cela intéresse la majorité.

Une politique d’attraction de nouvelles entreprises est souhaitable pour créer une dynamique économique et en faire profiter les chevillais de toutes les opportunités qui peuvent se présenter.

Pour conclure mon propos,

Nous avons la chance de vivre dans une ville qui a un potentiel de développement assez exceptionnel.

A 5 Km de Paris, Chevilly-Larue a toute sa place dans un grand Paris connecté et ouvert sur le monde.

L’isolement de la commune n’est pas une option. Nous avons vu avec la mise en place de la métropole du Grand Paris que le développement des territoires se fera avec ou sans nous et qu’il est de notre responsabilité d’anticiper les évolutions pour que les transitions soient toujours bénéfiques aux chevillais en limitant au maximum les chocs organisationnels.

Nous serons toujours solidaires de tous les projets qui permettent d’améliorer la vie des chevillais au de-là des clivages politiques et des oppositions. L’intérêt de nos concitoyens est notre priorité, nous l’avons démontré à bien des reprises durant cette mandature.

En revanche, à la lecture de vos propositions, nous ne pouvons que constater le fait que nous avons une vision beaucoup plus ambitieuse pour la ville de Chevilly-Larue.

Nous voulons une ville plus ouverte sur le monde,

Nous voulons une ville attractive,

Nous voulons une ville humaine.

La ou votre majorité est dans une logique d’enfermement et de méfiance.

Je vous remercie de votre attention.

Yacine Ladjici

Pour la liste, Faisons avancer Chevilly-Larue

Orientations budgétaires 2016- Chevilly-Larue

Mesdames et Messieurs, Chers collègues,

A compter du 1er Janvier 2016 Chevilly-Larue intégrera la métropole de Paris et le territoire numéro 12.

Cet événement majeur dans l’organisation territoriale de notre région va bousculer beaucoup d’habitudes au niveau des communes, il va même en révolutionner  le fonctionnement pour les communes qui en 2015 ne font toujours pas partie d’un établissement de coopération intercommunale.

Alors que les villes voisines, telles que l’Hay-Les-Roses, Villejuif ou Fresnes ne verront quasiment pas de changement en raison de leur appartenance depuis déjà quelques années à l’intercommunalité du Val-De-Bièvre, Chevilly-Larue doit redoubler d’efforts pour faire en sorte que cette transition puisse se faire dans les meilleures conditions possibles pour nos concitoyens avant tout, mais également pour le personnel municipal dont une partie s’inquiète pour son avenir dans le cadre de cette grande réforme.

Avec son potentiel fiscal et ses revenus, notre ville dispose d’une marge de manœuvre financière importante en comparaison avec les villes voisines. Un budget de fonctionnement de  45 millions d’euro pour 18 678 habitants.

Pour donner un élément de comparaison, la ville voisine de L’Hay-Les-Roses dispose d’un budget de 37 millions d’euro pour 31000 habitants. En d’autres termes ils ont 20% de moins par rapport à Chevilly-Larue en termes de fonctionnement pour un nombre d’habitants 67% plus important.

Les nombreuses incertitudes inhérentes à la réforme territoriale doivent nous mener à une réflexion nouvelle sur la gestion budgétaire de notre commune, avec un point important qui devrait selon nous être mis sous surveillance : A savoir l’endettement de notre commune.

Le compte administratif de 2014 mentionne une dette de 46 millions d’euro. C’est beaucoup trop dans ce climat d’incertitude !

Comment cette dette sera-elle répartie à partir du 1er Janvier 2016 entre la métropole, le territoire et la commune ?  Il faut à tout prix que nos futurs représentants à la métropole et dans le territoire 12 réclament aussitôt installés, la réévaluation de notre dette en tenant en compte de la masse des transferts budgétaires que nous allons subir.

Nous avons également constaté en étudiant les comptes administratifs que sur les 21 prêts bancaires contractés au nom de notre ville, 19 d’entre eux ont vu leur taux augmenter par rapport  au taux initial.

Il n y a pas un organisme, un particulier que je connaisse qui ne soit pas au courant que les taux bancaires ont baissé ces dernières années et qu’il faut vite les renégocier avant qu’ils ne remontent.

Des discussions doivent s’engager avec nos créanciers pour voir comment nous pouvons bénéficier localement de cette baisse des taux, chaque euro économisé auprès des banques est un euro de plus pour les Chevillais.

Nous sommes prêts à travailler avec toutes les composantes de ce conseil municipal pour participer  à toute initiative qui irait dans ce sens.

Nous proposons la création d’un groupe de travail qui aurait pour mission de dresser un bilan de notre dette tous les 6 mois et à étudier toutes les options qui nous permettraient de la réduire.

Parlons à présent des orientations budgétaires pour l’année à venir,

Notre première action si nous étions majoritaires au sein de ce conseil, serait de commencer par un vaste plan d’embellissement et de nettoyage de notre ville en vue de la rendre encore plus agréable et attractive.

Vous n’êtes pas sans savoir que notre ville souffre terriblement du manque d’espace verts, notamment dans les quartiers centre, La-Guinet et les Sorbiers.

La Place Mandela mérite une attention particulière  pour cause de présence du Marché le Mercredi et le Samedi, Marché qui amplifie les problèmes de propreté.

Beaucoup de riverains ne comprennent pas que  le nettoyage de la place ne se fasse pas systématiquement à la fin de chaque marché, laissant parfois sur la place et toute la nuit, un talus de déchets qui peuvent donner une mauvaise image du quartier.

Comme beaucoup ici, nous pensons que Chevilly-Larue doit faire sa révolution numérique…

En 2015, à l’ère des réseaux sociaux et du big data, Chevilly-Larue n’est toujours pas accès au très haut débit et à la fibre.

Certains de nos lycées et écoles primaires ont même renoncé aux travaux sur internet à cause des problèmes répétés de connexion ou de lenteur du débit internet, qui nécessite parfois, d’attendre 10 à 15 minutes avant que la page internet que vous cherchez ne daigne s’afficher. Une solution technique doit être trouvée pour les écoles en attendant de converger sur une solution avec l’opérateur.

Le numérique doit également participer au renforcement de la démocratie participative…

Nous proposons que le conseil municipal se fixe comme objectif de rendre 80% des démarches administratives possibles en ligne avant la fin de cette mandature, c’est un chantier de taille qui donnera la possibilité à des milliers de Chevillais de renforcer leurs liens avec la municipalité au moment où moins de la moitié de nos concitoyens se déplacent aux élections.

Reconnecter les citoyens à notre démocratie c’est déjà faire la moitié du chemin vers eux.

Un autre élément qui nous semble primordial…

Celui de la refonte du site internet de la ville pour le rendre plus facile d’accès pour que chacun de nos concitoyens puisse y trouver ce qu’il cherche sans avoir à y passer beaucoup de temps.

Nous proposons à ce titre la création d’un groupe de travail constitué de Chevillais pour rédiger le nouveau cahier des charges de ce site.

Une application mobile est également indispensable pour toucher nos jeunes concitoyens et les informer qu’il il existe beaucoup de choses à faire et à découvrir dans notre ville.

Dans un autre volet, rapprocher davantage les citoyens de leurs élus peut se faire au travers de moyens techniques :

Les moyens existent et certaines villes comme Fontenay Sous-Bois le font déjà, je parle de la transmission en direct des débats municipaux à l’occasion de chaque conseil.

Nous pensons que nos discussions sont souvent très riches et que nous avons tout intérêt à les partager avec un maximum de citoyens, comme nous le faisons d’ailleurs aujourd’hui à l’occasion du débat d’orientations budgétaires.

Nous permettrons ainsi d’impliquer plus de citoyens dans la gestion de notre ville et donnerons aux responsables associatifs et syndicaux la possibilité d’être mieux informés sur les politiques de notre ville.

Education…

Le problème d’internet doit être réglé définitivement et rapidement pour les écoles, collèges et lycées de notre ville.

Nous ne pouvons attendre davantage. Chaque cours, chaque séance informatique sans connexion internet est un coup supplémentaire donné à l’éducation de nos jeunes au moment où les inégalités ne font que s’accentuer dans notre pays.

Nous pouvons, pour moins de 5000 euro par établissement installer des systèmes de connexion à internet par Satellite, comme cela existe en France dans les zones montagneuses ou reculées. Ce système ne coute pas excessivement cher et il permet de résoudre un problème que nous trainons depuis de nombreuses années.

Rythmes scolaires

Un premier bilan doit être effectué sur les nouveaux rythmes à Chevilly-Larue, sans forcément convoquer des réunions avec les parents. Nous pouvons lancer un questionnaire en ligne pour toucher un maximum de parents et mettre en place les plans d’actions qui s’imposent en fonction des retours et difficultés rencontrées.

Jeunesse …

Le taux de chômage est élevé dans notre ville, particulièrement chez les jeunes.

On doit aider nos jeunes à s’insérer professionnellement ou à créer leur propre entreprise.

Un jeune qui ne fait rien pendant ses journées présente un risque considérable. Il est en première ligne pour faire des « conneries », si vous me permettez l’expression.

Beaucoup sont intelligents, ils ont du talent, ils en veulent !!! Comme on dit, mais ont le sentiment que le système est contre eux.

Donnons-leur la possibilité de lancer leur entreprise en créant, à Chevilly-Larue  la maison de l’entreprenariat et de l’entreprise.

Un lieu dans lequel les jeunes pourraient effectuer leurs premières démarches administratives et même faire travailler leur entreprise en attendant que leur chiffre d’affaires leur permette de louer des locaux et donc de voler de leurs propres ailes.

Nous avons des locaux qui pourraient être tout à fait appropriés pour cette initiative. Une partie de la surface commerciale que nous sommes en passe d’acquérir Place Mandela ou la maison sans maitre que nous allons intégrer à notre patrimoine peuvent tout à fait s’y prêter.

Les transports

Le développement des usages fait que les Chevillais comme une part grandissante de français, ne souhaitent plus être propriétaires de leur voiture, la notion d’auto partage et de besoin d’utilisation ponctuelle se développe de façon importante.

Nous proposons d’accompagner localement ces évolutions dans les usages et besoins en lançant les études de réalisation de deux stations Auto-Lib dont nous préconisons l’installation, respectivement, Rue Paul Hochart et Avenue Franklin Roosevelt, en d’autres termes, à proximité des zones à fortes de densité de population.

Ces stations, outre rendre service à des centaines de Chevillais, participeront à la réduction de notre emprunte Carbonne  dans un contexte de conférence pour le climat de Paris qui été un succès total et qui été reconnue comme étant une première mondiale en termes de sérieux et de volonté politique de protéger notre planète dans un moment où elle en a vraiment besoin.

La situation du logement est tendue, c’est une réalité francilienne. Les projets en cours vont densifier le quartier des Sorbiers et Bretagne. Celles et ceux qui ont pu se rendre à proximité de la résidence Brabançon peuvent en témoigner.

Une réflexion doit être engagée pour garantir aux nouvelles familles suffisamment de places  dans les écoles maternelles et primaires.

La culture

La culture est bien commun qui ne demande qu’à être partagé. Beaucoup de Chevillais ignorent que nous disposons de beaucoup de services culturels.

Le théâtre de Chevilly-Larue, la maison du conte, la maison des arts plastiques pour ne citer que ces établissements sont autant de structures qui ont vocation à diffuser de la culture et à renforcer le lien social dans un contexte de repli sur soi et de peur de l’autre.

La communication et l’information autour de ces établissements méritent selon nous d’être renforcées, y compris en imaginant des moyens modernes et iconoclastes.

Si nos jeunes en particulier ont du mal à franchir les portes des lieux de culture, nous pouvons organiser les choses de manière à ce que les lieux de culture puissent venir à eux.

Une tournée des établissements culturels au pied des immeubles et dans le quartier ou des expositions de rue (à Partir du Mois d’Avril évidemment) sont autant de démarches que nous pouvons promouvoir pour faire de Chevilly-Larue un lien de rencontre et de partage de la culture.

Je suis convaincu qu’il y a beaucoup de talents et de potentiels dans nos quartiers, à nous de les révéler.

Si nous arrivons à convaincre 20 personnes à l’occasion de chaque initiative nous aurons gagné ce pari.

Ce sont là, nos principales orientations budgétaires pour 2016, elles ont vocation à faire avancer Chevilly-Larue, à la moderniser et à nous rendre tous fiers de cette ville qui ne se trouve après tout qu’à 5 Km de Paris.

Nous sommes évidemment ouverts au dialogue avec toutes les composantes politiques de notre conseil municipal dès lors que nous nous accordons sur des valeurs républicaines communes et sur une ambition partagée pour Chevilly-Larue .

Je vous remercie de votre attention.

Yacine Ladjici

Intervention en conseil municipal pour le débat d’orientations budgétaires le 10 Février 2015

Madame la maire, chers collègues,

Je m’exprime pour le groupe du parti socialiste et citoyens qui siège comme vous le savez tous dans l’opposition municipale.

Le contexte national et les récents évènements que nous avons traversés m’amènent  à entamer mon intervention en adressant un message de solidarité à toutes les victimes de la barbarie et du terrorisme. J’ai une pensée fraternelle envers toutes ces femmes et tous ces hommes, policiers, militaires, douaniers, pompiers qui sont mobilisés de façon assez impressionnante ces dernières semaines pour veiller à notre sécurité et  à celle de nos proches.

Je tiens à également à saluer l’action du Président de la république, du premier ministre et du ministre de l’intérieur, qui se sont montré à la hauteur de la situation que nous connaissons. Je salue également toutes les forces politiques républicaines, pour avoir permis que nous soyons tous rassemblés en cette journée historique du 11 Janvier 2015.

Dans un autre registre, je suis plus que jamais frappé par la tournure de l’élection  législative partielle dans le Doubs…. Nous savons à présent que le Front National est en capacité d’aller défier des partis dits républicains, pour ce qui l’en reste du moins.

Je me félicite de la victoire de Frédéric Barbier dans le Doubs, le candidat républicain issu du parti socialiste. La nécessité d’un front républicain devient plus que jamais une urgence eue égard à l’effondrement de l’UMP, qui devient par cette occasion un parti satellite du Front National.

Il m’est vraiment difficile d’admettre qu’un parti réputé jusqu’à présent républicain ne puisse appeler spontanément à faire barrage au front national. Le Général De-Gaulle se retournerait dans sa tombe s’il voyait le chemin dangereux dans lequel s’est engagé l’UMP sous la direction de Nicolas Sarkozy. Je tiens cependant à saluer certains militants et responsables UMP, parmi lesquels Alain Juppé, pour avoir très vite appelé à barrer la route aux idées extrémistes du Front National.

Comment aborder un débat d’orientation budgétaire sans faire un rappel sur la situation économique de notre pays ?

Maîtriser la dépense publique est aujourd’hui une nécessité. Si le président de la République et le Gouvernement y accordent une telle importance, ce n’est ni par idéologie ni par dogmatisme.

Entre 2007 et 2012, la dette a bondi de 600 milliards d’euros. En 2009, le déficit public a même atteint le triste record de 7,5 % du PIB.

Il était de 4,4% du PIB en 2014. La maîtrise du déficit public doit se poursuivre, pour respecter les engagements européens, mais au-delà pour garantir la soutenabilité du fonctionnement des administrations publiques, du système de protection sociale et des régimes de retraites qui ne peuvent durablement rester supérieurs aux recettes. Le Gouvernement assume donc le sérieux budgétaire, mais refuse de mener une politique d’austérité : le rythme de réduction du déficit sera adapté, il baissera à 4,1% en 2015 pour passer en-dessous de la barre des 3% en 2017.

En 2013, la dépense publique a été maîtrisée puisque l’État a dépensé moins que ce qui avait été voté par le Parlement. Les dépenses d’assurance maladie seront nettement inférieures à ce qui avait été programmé. Et cette année, 21 milliards d’euros d’économies devront être réalisées, dont 7,7 milliards pour la sphère de l’État : cela figure dans le projet de loi de finances présenté en Conseil des ministres le 1er octobre 2014.

Le 14 janvier 2014, le président de la République a annoncé qu’entre 2015 et 2017, il faudra dégager au moins 50 milliards d’économies en plus. « C’est beaucoup – cela n’a même jamais été fait.

POURQUOI DONC BAISSER LA DÉPENSE PUBLIQUE ?

Maîtriser le déficit public est la condition de la stabilisation puis de la diminution de la part de la dette dans le PIB. C’est aussi la condition d’une croissance saine.

  • C’est aussi la condition pour la réalisation du Pacte de responsabilité et de solidarité qui baisse le coût du travail pour les entreprises et réduit l’impôt des ménages modestes.
  • Cela évite également que la France ne soit pas dans la main des marchés financiers internationaux.
  • La réduction du déficit public permet de sauver le modèle social et républicain français, qui est l’un des plus protecteurs et les plus solidaires au monde.

Mais la France, et plus généralement la zone euro, sont confrontées depuis quelques mois à une situation difficile. En raison du ralentissement de l’inflation et  d’une très faible croissance, les recettes fiscales sont inférieures aux prévisions.

En conséquence, le déficit public français était de 4,4 % du PIB en 2014. Le Gouvernement a décidé de maintenir ses engagements pour 2015 : en baissant les impôts des classes moyennes ; en maintenant le Pacte de responsabilité et de solidarité dans son intégralité et selon le calendrier prévu; en  poursuivant les réformes avec la simplification de la vie des entreprises; en maintenant les économies de dépenses à 50 milliards d’euros d’ici 2017, dont 21 milliards d’euros dès cette année.

Cette stratégie devrait permettre de maîtriser légèrement le déficit en 2015 à 4,1 % du PIB, selon un rythme compatible avec la croissance, et afin de ne pas demander aux Français de faire des efforts supplémentaires.

La mesure d’allègement de l’impôt sur le revenu des ménages les plus modestes est appliquée depuis l’automne 2014.

Cette mesure a pris la forme d’une réduction d’impôt de 350 euros pour un célibataire et de 700 euros pour un couple, venant s’imputer automatiquement sur l’impôt sur le revenu dû par les contribuables.

Elle bénéficiera aux foyers fiscaux dont le revenu fiscal de référence est inférieur à celui d’un salarié percevant une rémunération de 1 250 euros nets mensuels.

Cet allégement d’impôt pour les plus modestes va coûter 1,2 à 1,3 milliard d’euros à l’État. Il sera financé dans le respect des équilibres de finances publiques, en grande partie grâce à la lutte contre la fraude fiscale et à un rendement supérieur aux attentes des mesures de régularisation des avoirs détenus à l’étranger par certains Français.

Le président s’est engagée avec détermination à lutter contre la fraude ; il est juste d’en rendre les fruits aux contribuables les plus modestes.

Ensuite, j’entends les arguments des uns et des autres concernant la baisse des dotations aux collectivités, je trouve qu’il est tout à fait normal que les élus locaux puissent prendre position sur ce sujets, il n’en demeure pas moins que la situation dont nous avons hérité nécessite à ce que nous prenions nos responsabilités, pour participer au redressement des  comptes de la nation, sinon c’est accepter que nos concitoyens payent plus d’impôts pour éponger notre dette publique. C’est cela même que nous souhaitons éviter.

En ce qui concerne, le groupe socialiste et citoyen, nous pensons qu’il est tout à fait normal que Chevilly-Larue participe à cet effort de solidarité nationale, au même titre que toutes les communes de France. Il faudra évidemment faire des arbitrages, mais nous pensons que, fort heureusement notre ville dispose encore d’une marge de manœuvre budgétaire qui permettra une continuité du service public et plus particulièrement envers ceux qui en ont le plus besoin.

S’agissant priorités pour cette année 2015,

Il devient plus qu’urgent que nous engagions une réflexion collective et intelligente sur la sécurité et la protection des équipements publics de notre ville. La question doit pouvoir se discuter sans tabou.

Il faudra apporter une réponse collective en prenant en considération les avis de toutes les sensibilités politiques présentes dans notre conseil municipal.

L’incendie du centre de loisirs est la parfaite illustration du chantier que nous avons à traiter dans ce cadre. Vous le savez très bien, je me suis déjà exprimé sur le sujet : Je pense que nous devons étudier la possibilité d’installer des équipements de vidéo protection  pour sécuriser les équipements de la ville.

Je sais que certains collègues de ce conseil municipal sont opposés à ce type de solutions mais je pense que nous ne pouvons rester les bras croisés face à cette situation ; Nous savons également que l’état n’a plus les moyens d’embaucher des fonctionnaires de police supplémentaires, vu la situation de nos comptes publiques.

Je rappelle quand même que c’est Nicolas Sarkozy qui  a supprimé près de 13 000 postes de policiers et de gendarmes avec sa fameuse révision générale des politiques publiques, nous en payons pleinement les frais Aujourd’hui.

Concernant maintenant l’éducation de nos enfants, nous devons accompagner la phase dite de « rodage » des nouveaux rythmes scolaires, je me félicite au passage des moyens qui ont été mis à disposition l’année dernière pour donner davantage de poids et de force à l’action du personnel éducatif.

Il nous appartient également d’améliorer les services rendus à la population, en limitant, autant que faire se peut, le périmètre de la fiscalité locale. Et, il ne fait guère de doute que l’accueil d’entreprises innovantes sur le territoire et une politique d’accompagnement efficace nous permettront d’augmenter notre produit fiscal et de limiter ainsi la hausse des taux.

En termes de logement, il est évident qu’une réponse forte doit être apportée à la demande grandissante de nos concitoyens. Il est nécessaire d’avoir une politique d’anticipation sur les programmes futurs, car notre proximité de la ville de Paris fait que cette demande est amenée logiquement, à s’accroitre, dans les prochaines années.

En conclusion, j’aimerais dire que la situation que nous traversons nécessite de réinventer totalement la pratique politique. Les postures et les oppositions de principe renvoient une image totalement détestable du monde politique et des élus que nous sommes, nous devons retourner vers une pratique saine et apaisée, pour redonner confiance à nos concitoyens et mettre un terme à la hausse inquiétante de l’abstention dans les différents scrutins.

Notre responsabilité, en tant qu’élus de gauche est d’aborder ce débat d’orientations budgétaires dans un état d’esprit tout à fait constructif, nous examinerons avec beaucoup d’attention les propositions qui nous serons soumises pour statuer sur le vote du budget.

Notre seule priorité sera évidemment de participer à toute démarche visant à fournir un service de qualité aux Chevillaises et aux Chevillais qui attendent beaucoup de leurs élus et ils ont raison !

Je vous remercie,

Intervention en conseil municipal du 16 Décembre 2014- Reprise de la commune des activités culturelles du théâtre André Malraux

Madame la maire, chers collègues,

Il nous est demandé de voter une délibération concernant la reprise des activités du théâtre André Malraux par la commune sous forme de régie dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière.

La délibération finale étant arrivée tardivement aux élus, j’estime que nous n’avons pas eu le temps de préparation et de concertation nécessaire pour travailler la question en profondeur. Avec les élus de mon groupe, nous aurions souhaité réaliser des auditions des membres du conseil d’administration de l’association actuelle ainsi que de quelques membres de l’association pour connaitre leur avis sur le sujet avant de prendre position sur cette délibération.

En France, il existe de multiples exemples de lieux de culture administrés sous forme de régie personnalisée. Si ce statut permet de garantir un financement permanent de la structure par la commune, on peut en revanche signaler les lourdeurs occasionnelles de la gestion publique qui peuvent parfois être moins souples qu’un fonctionnement associatif, sans occulter le fait qu’une régie est soumise à l’obligation de passer des marchés publics lorsque les seuils sont atteints, cela peut être pénalisant pour la souplesse de fonctionnement et pour la réactivité dont ont besoin les organisateurs d’événements.

Nous nous abstiendrons pour cette délibération. En attendant de pouvoir approfondir cette question et de connaitre l’avis et les motivations du conseil d’administration de l’association qui gère actuellement le théâtre.

Intervention en conseil municipal du 16 Décembre 2014- Délibération modificative du budget

Madame la maire, chers collègues,

Le budget de la ville 2014 ayant été voté lors de la précédente mandature municipale, la logique aurait voulu que l’on s’abstienne dans la mesure où les élus de mon groupe et moi-même n’avons pas participé aux débats sur ce budget.  Cependant, l’analyse des modifications faite en commission des  finances et à laquelle  mon groupe a été représenté par Philippe Komorowski nous amène à considérer les choses sous un autre angle.

L’une des modifications notables de ce budget concerne la réforme des rythmes scolaires que nous avons soutenus et qui je le pense encore, aurait dû bénéficier d’une préparation plus importante en amont sur notre ville ; Nous constatons qu’il s’agit en fait d’allouer un montant de 300 000 € pour accompagner la mise en place de cette réforme sur notre ville, et comme Je l’ai rappelé à plusieurs reprises, l’éducation des enfants de Chevilly-Larue est une question primordiale pour mon groupe et elle doit  évidemment être traitée de façon constrictive et intelligente, en mettant de côté toute forme d’exploitation politicienne.

Nous restons donc cohérents avec nos principes et notre programme en matière d’éducation et allons donc voter cette délibération, pour permettre à l’administration municipale de travailler dans de bonnes conditions  pour le  déploiement des nouveaux rythmes scolaires à Chevilly-Larue.

Nous sommes évidemment conscients que cette réforme engendre des changements, voir des réorganisations, cela va de soi dès lors que l’on introduit une nouveauté dans un système existant.

J’aimerais, pour clore cette intervention, adresser un message de soutien et de solidarité à la communauté éducative qui j’en suis convaincu, est mobilisée pour la réussite de cette réforme.